Comment gagner en confort thermique ?

Table des matières

La notion de confort thermique renvoie à des conditions de température et de qualité de l’air suffisantes au bon fonctionnement du métabolisme. Dans le langage courant, le confort thermique est davantage lié au fait d’atteindre une température confortable dans un habitat. En général, les particuliers auront besoin de 19°C dans la pièce à vivre et de 17°C dans les chambres.

Le confort thermique, c’est aussi ne pas être gêné par un phénomène d’air sec ou d’humidité. Si vous souhaitez gagner en confort thermique, il y a donc plusieurs types d’actions que vous pouvez mener. Des travaux d’isolation au changement du système de chauffage, libre à vous de choisir les solutions les plus pertinentes.

Comment gagner en confort thermique ?

Confort thermique : l’importance d’un bilan

Avant d’entamer des travaux pour gagner en confort thermique, un bilan peut être utile. Bien plus que de se fier à un ressenti, un diagnostic de performance énergétique ou un bilan thermique peuvent être d’une utilité capitale. Ils permettent notamment d’expliquer les raisons d’un manque de confort thermique.

Par exemple, dans une maison froide et difficile à chauffer, ce type de contrôle permet d’analyser d’éventuelles sources de déperdition de chaleur. On peut aussi pointer du doigt un système d’aération inadapté, entraînant l’apparition d’un air sec ou humide. La plupart du temps, cette opération est préalable à n’importe quels travaux de rénovation énergétique.

Les travaux d’isolation pour gagner en confort thermique

En général, toute rénovation visant à bénéficier d’un meilleur confort thermique commence par l’isolation. Après avoir identifié les éventuels points faibles d’une habitation, vous aurez la possibilité d’isoler le sol, les combles, le toit ou encore les murs. Cette opération permet notamment d’éviter les échanges thermiques entre l’intérieur et l’extérieur d’une maison. On peut aussi prévoir une imperméabilisation, pour éviter les entrées d’humidité.

Changer de menuiserie pour gagner en confort thermique

Toujours dans l’objectif de réduire les déperditions thermiques, le changement des menuiseries peut être utile. C’est notamment le cas pour les habitations qui disposent encore d’un simple vitrage. L’installation d’un double vitrage peut permettre de réaliser jusqu’à 30 % d’économie d’énergie. Le confort thermique ressenti par les habitants de la maison est également amélioré, avec une meilleure isolation des températures extérieures.

Même lorsqu’une habitation dispose d’un double vitrage, il est possible que ce dernier soit à changer. En général, la durée de vie d’une fenêtre en double vitrage est comprise entre 15 et 35 ans.

L’aération pour gagner en confort thermique

L’aération joue un rôle capital pour assurer le confort thermique au sein d’une habitation. Au quotidien, il est donc essentiel d’aérer toutes les pièces 10 à 15 minutes. Au-delà de ça, il peut être intéressant d’investir dans un système permettant l’aération permanente du logement. Il existe notamment des VMC, qui s’installent dans toutes les pièces. Ce système n’est donc pas seulement réservé à l’évacuation de l’humidité de la salle de bain. Il peut faire des miracles lorsqu’il est installé dans une pièce à vivre ou dans une chambre, pour garantir l’aération du logement et la régulation de l’humidité.

Changer de chauffage pour améliorer son confort thermique

Le choix d’un système de chauffage

Le changement de son chauffage peut aussi permettre de gagner en confort thermique. Certains chauffages ne permettent pas d’obtenir une chaleur homogène. D’autres disposent d’une puissance insuffisante pour répondre aux besoins d’une habitation. Lorsqu’on choisit un système de chauffage, il est important que ce dernier soit calibré, en prenant en compte la surface à chauffer.

Pour choisir votre système de chauffage, vous pouvez repartir d’un système existant. Une chaudière à gaz peut par exemple être changée pour une chaudière à gaz à condensation. Cette dernière offre de meilleures performances énergétiques, grâce à un rendement à 100%. Des convecteurs électriques peuvent aussi être remplacés par des radiateurs à inertie. Ils offrent une meilleure rétention de la chaleur et une diffusion plus homogène.

Pour certains, le choix d’un chauffage doit aussi répondre à des convictions écologiques. On pourra choisir la biomasse, avec l’installation d’un poêle à pellets. La pompe à chaleur peut aussi être une bonne alternative, pour disposer d’une chaleur homogène dans l’habitation.

L’erreur à éviter quand on change de chauffage

Par ailleurs, il reste indispensable d’effectuer d’éventuels travaux d’isolation avant de changer son système de chauffage. Même si vous choisissez le chauffage le plus performant, si vous ne disposez pas d’une bonne isolation, vous risquez d’avoir du mal à chauffer votre intérieur. Une nouvelle fois, la réalisation d’un diagnostic reste indispensable, pour cerner d’éventuelles carences en la matière.

Les aides financières pour gagner en confort thermique

Beaucoup d’actions permettant d’obtenir un meilleur confort thermique peuvent être financées par certaines aides financières. Les travaux d’isolation, d’installation de VMC ou d’installation de chauffage peuvent notamment être financés grâce MaPrimeRénov’. Il faudra néanmoins répondre à des critères de revenu.

Vous pouvez aussi bénéficier de l’éco-PTZ , qui permet de financer des travaux de rénovation énergétique sans avoir à payer d’intérêt. TVA à taux réduit, prime CEE, les initiatives sont nombreuses pour vous aider à financer votre projet.

Pour aller plus loin :