Voici trois critères de choix pour gagner une classe de DPE avec un chauffe-eau électrique

Voici trois critères de choix pour gagner une classe de DPE avec un chauffe-eau électrique

Table des matières

Dans un contexte immobilier régit par le DPE, la performance énergétique des logements est devenu un critère essentiel. Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à un élément essentiel de votre confort quotidien : le chauffe-eau. Vous ne le savez peut-être pas, mais plus que le simple choix du modèle, c’est aussi et surtout la façon dont il est installé sa dimension par rapport à la surface du logement qui peut influer sur votre consommation d’énergie, et donc impacter négativement votre DPE.

1. Ne surdimensionnez pas votre chauffe-eau

La salle de bain, cet espace dédié au bien-être, est aussi le lieu où l’on trouve souvent le ballon d’eau chaude. Il y a encore quelques années, la tendance était d’opter pour des ballons d’une capacité de 150 litres, voire plus. Pourtant, ce choix, bien que confortable, peut avoir un impact non négligeable sur votre consommation énergétique. Mais également sur la note du DPE, surtout pour les petits appartements.

Stéphane, expert en diagnostic de performance énergétique, nous l’explique en détail. D’après ses recherches, passer d’un ballon d’eau chaude électrique de 150 litres à un modèle de 65 litres en catégorie C (la meilleure catégorie) peut vous faire gagner pas moins de 33 kWh/m² consommé par an sur votre DPE (Diagnostic de Performance Énergétique), ce qui peut vous faire gagner une classe ! Il ne s’agit pas simplement d’une question de confort, mais bel et bien d’une démarche écologique et économique. Rappelons que le nombre de kWh/m² consommé par an est ce qui défini votre note finale de DPE : plus celle-ci est élevée, plus votre DPE sera défavorable.

Il est important de souligner que le coût énergétique d’un ballon d’eau chaude est principalement lié à la nécessité de maintenir l’eau à une température de 60 degrés. Plus le volume est important, plus cette dépense énergétique (en kWh) est élevée. Ainsi, il serait judicieux d’opter pour un modèle de capacité réduite dans le cadre d’un petit logement.

Stéphane nous indique qu’un ballon d’eau chaude de 35 litres peut être tout à fait suffisant pour un petit logement (moins de 40 m²) occupé par deux personnes. Certes, pour un chauffe-eau d’une petite capacité de 35 litres, il faudra patienter une trentaine de minutes entre deux douches, le temps que l’eau se réchauffe. Mais celle-ci se réchauffe rapidement dans ces petits modèles, permettant à un couple de profiter d’une douche chaude en peu de temps.

2. Oubliez le chauffe-eau horizontal, choisissez un vertical

Il est intéressant de noter que l’orientation du ballon d’eau chaude a également un impact sur sa performance énergétique. Les modèles installés horizontalement sont en effet bien moins performants que leurs homologues verticaux, mais surtout, appartiennent à une classe très défavorable dans le mode de calcul du DPE. Il serait donc préférable de privilégier un ballon d’eau chaude vertical pour optimiser sa consommation d’énergie.

En effet, le chauffe-eau horizontal est moins rapide qu’un chauffe-eau vertical pour porter l’eau à la température voulue. La différence de performance est telle que pour qu’un chauffe-eau horizontal atteigne des performance similaires à un vertical, il doit être dimensionné de 50 litres de plus pour la même chose ! C’est pourquoi les DPE les notent sévèrement. Heureusement, le chauffe-eau horizontal est marginal : 90% des chauffe-eau installés sont verticaux. Il est choisi dans certains cas particuliers où il peut être rangé dans un endroit exigu ou un placard. Mais même dans cette situation, n’importe quel professionnel vous conseillera d’opter plutôt pour son homologue vertical.

Stéphane a fait l’expérience avec son logiciel de calcul du DPE. Avec un ballon horizontal de 150 litres, il était à une consommation annuelle de 252 kWk/m², soit une note E sur le DPE. En choisissant le même modèle, mais cet fois ci vertical, la consommation annuelle passe à 239 kWh/m², et passe donc de E à D sur le DPE.

3. Privilégiez un chauffe-eau électrique de catégorie C (ou 3 étoiles)

Dans le logiciel de calcul du DPE, les chauffe-eau électriques sont répartis en plusieurs catégories. Voici les différentes catégories pour le mode de calcul du DPE, classées de la moins performante à la plus performante :

  1. Le ballon électrique à accumulation horizontal
  2. Le ballon électrique à accumulation vertical (catégorie B ou 2 étoiles)
  3. Le ballon électrique à accumulation vertical (catégorie C ou 3 étoiles)
  4. Le chauffe-eau thermodynamique.

Pour gagner une note de DPE sans exploser votre budget rénovation, privilégiez un ballon électrique de catégorie C (ou 3 étoiles). L’indication “3 étoiles” est une indication NF électricité officielle, une notation réservée aux équipements les plus performants. Si votre budget vous le permet, le chauffe-eau thermodynamique un des chauffe-eau les plus rentables du marché, mais à un coût bien plus élevé.

Pour les petites surfaces, ne dépassez pas les 70 litres de ballon d’eau chaude

Il est évident que le choix de l’équipement de chauffage de l’eau doit être fait en fonction des besoins spécifiques de chaque ménage. Cependant, il est essentiel de prendre en compte l’impact environnemental de ces décisions. Calibrez votre ballon d’eau chaude selon votre situation. Par exemple, pour une surface de moins de 50m², un chauffe-eau d’une capacité de 60 litres est largement suffisant pour alimenter une douche, même pour deux personnes. Adopter un ballon d’eau chaude de petite capacité, installé verticalement et doté d’une bonne note énergétique, peut vous faire gagner facilement une note sur le diagnostic de performance énergétique. Si vous possédez une baignoire, ne dépassez pas les 100 litres de capacité.

Stéphane conclut en insistant sur le fait que chaque détail compte pour le calcul de DPE. C’est pourquoi lors du passage du diagnostiqueur, il vous faut être le plus précis possible. Ne cachez rien : ce n’est pas dans votre intérêt. Et contrairement à une idée reçue, les diagnostiqueurs ne cherchent pas à mettre la note de DPE la plus basse possible. La notation du DPE est très réglementée et ils utilisent un logiciel spécifique. Pourtant, en fonction de votre situation, ils vont vous donner des conseils pertinents pour améliorer votre DPE, et parfois sortir du statut de passoire thermique, sans pour autant entamer des travaux extrêmement lourds et couteux. Preuve en est sur le choix du ballon d’eau chaude !

Cassandra