La ventilation mécanique contrôlée (VMC) peut-elle faire gagner une classe de DPE ?

La ventilation mécanique contrôlée (VMC) peut-elle faire gagner une classe de DPE ?

Table des matières

L’amélioration des performances énergétiques est désormais une priorité pour les propriétaires d’habitations et de bâtiments. Parmi les solutions proposées pour y parvenir, l’installation d’une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) constitue un choix judicieux pour réduire sa consommation énergétique et optimiser son confort intérieur. Découvrons ensemble pourquoi la VMC joue un rôle clé dans l’amélioration du Diagnostic de Performance Energétique (DPE) de nos logements.

VMC : un système de ventilation performant

La ventilation mécanique contrôlée, plus communément appelée VMC, est un dispositif qui permet de renouveler et d’assurer la qualité de l’air à l’intérieur d’un logement ou d’un bâtiment. Concrètement, la VMC consiste à extraire en continu l’air vicié que ce soit dans les pièces humides telles que la cuisine, la salle de bains, ou les WC, tout en évitant les déperditions énergétiques inutiles. En fonction de ses spécificités techniques et de son mode de fonctionnement, on distingue la VMC simple flux et la VMC double flux.

La VMC simple flux

Le principe de la VMC simple flux repose sur l’extraction de l’air pollué à travers un réseau de conduits reliés à des bouches d’extraction situées dans les pièces humides et de son évacuation vers l’extérieur. L’air neuf entre par des ouvertures situées sur les fenêtres ou les murs, généralement dans les pièces de vie telles que les chambres et le salon. A noter que la VMC simple flux peut être hygroréglable, c’est à dire qu’elle mesure l’humidité d’une pièce pour adapter son débit en fonction du taux d’humidité d’une pièce. Elle consomme donc moins d’énergie pour fonctionner, et est plus intéressante pour améliorer son DPE. Même si il est rare qu’une VMC simple flux fasse gagner une classe de DPE à elle seule, elle peut y contribuer en commun avec un autre poste de travaux, comme une isolation ou l’installation d’un chauffe-eau performant par exemple.

La VMC double flux

La VMC double flux fonctionne également selon un principe d’extraction de l’air vicié à travers des bouches situées dans les pièces humides, mais celle-ci se différencie par la récupération de la chaleur afin de préchauffer l’air neuf venant de l’extérieur. Ce système est donc économe en énergie et très confortable pour les occupants, puisqu’il évite les sensations de courants d’air froid et permet une meilleure régulation de la température intérieure. Le principe de fonctionnement repose sur un échangeur thermique qui transfère la chaleur de l’air extrait à l’air entrant neuf.

L’ADEME indique que ce système permet d’économiser le chauffage en récupérant entre 70 et 90% de la chaleur contenue dans l’air vicié, ce qui représente en moyenne, sur une année complète, environ 1500 Kwh de chaleur captée, soit autant d’énergie économisée. Sur une année, les économies d’énergie réalisées peuvent aller jusqu’à 40 kWh/m², selon Ulloo. Dans ce cas, une VMC double-flux performante peut facilement faire gagner une classe de DPE.

Impact de la VMC sur la performance énergétique

Le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) mesure la consommation énergétique d’un logement et ses émissions de gaz à effet de serre. Il est obligatoire lors de la vente ou de la location d’un bien immobilier, et doit être visible dès la mise en place d’une annonce immobilière. Un bon DPE est un atout pour vendre ou louer un bien immobilier plus rapidement et à un meilleur prix. Le recours à une VMC renforce donc la performance énergétique de votre logement et permet d’obtenir un meilleur DPE.

Réduction des consommations de chauffage

L’une des principales raisons expliquant l’amélioration du DPE avec une VMC est que ce système permet de réduire considérablement les besoins en chauffage d’un logement. En effet, en assurant une ventilation efficace et régulière, la VMC évite l’infiltration involontaire d’air froid, qui peut engendrer des déperditions thermiques importantes. Par ailleurs, dans le cas d’une VMC double flux, grâce à son échangeur qui récupère jusqu’à 90 % de la chaleur contenue dans l’air extrait pour préchauffer l’air neuf entrant, les économies de chauffage peuvent être très conséquentes.

Amélioration de l’étanchéité à l’air

Une bonne étanchéité à l’air est primordiale pour limiter les déperditions énergétiques d’un logement, notamment en réduisant les infiltrations d’air parasites. L’installation d’une VMC, qu’elle soit simple ou double flux, contribue à améliorer cette étanchéité en évitant les courants d’air et l’entrée d’air extérieur non contrôlée. Ainsi, cela permet une meilleure maîtrise de la qualité de l’air intérieur et limite les pertes énergétiques liées à la ventilation.

Limitation des problèmes d’humidité

Enfin, la présence d’une VMC dans un logement permet de mieux contrôler et évacuer l’humidité produite quotidiennement par les habitants et leurs activités. L’humidité peut en effet être responsable de nombreux désordres et dégradations dans une habitation (moisissures, peinture écaillée, fissures, etc.), pouvant affecter le bâti et diminuer sa valeur sur le marché immobilier. En assurant un renouvellement constant de l’air intérieur, la VMC limite ces problèmes d’humidité et contribue ainsi à préserver la qualité du bâtiment et ses installations.

Jouer sur les différents réglages d’une VMC

Pour optimiser les performances énergétiques de votre VMC et donc améliorer votre DPE, il est important de bien régler les différents paramètres de fonctionnement de votre installation. Cela concerne notamment la vitesse de rotation des ventilateurs, la puissance de chauffage pour la VMC double flux ou encore la programmation horaire afin d’adapter le fonctionnement de celles-ci aux habitudes de vie de ses occupants. Ces réglages peuvent s’avérer cruciaux pour maîtriser sa consommation énergétique tout en bénéficiant d’une ventilation optimale.

En somme, investir dans une VMC représente un choix judicieux pour améliorer la performance énergétique de son habitation, ce qui aura un impact positif sur son DPE et la valorisation du bien sur le marché de l’immobilier. Les VMC les plus performantes, généralement double-flux, peuvent facilement faire gagner une classe sur le DPE d’un logement. Au-delà des considérations économiques et écologiques, la VMC contribue également à un meilleur confort de vie en assurant une qualité d’air saine et agréable.

Cassandra